Secrets de pierres en Entre-Sambre-et-Meuse

...sur les traces de nos lointains ancètres.

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Arkose - Tombes gallo-romaines

Index de l'article
Arkose
Autres sites
Tombes gallo-romaines
Matériau de construction
Toutes les pages

Les tombes gallo-romaines à ustion en arkose.

En 1868, on a découvert fortuitement, au lieu-dit « Fourmathot » à Macquenoise, une petite nécropole particulière, à environ 1.500 mètres des carrières dites « Camp romain ».
D’après les notes de Mr Lodwige secrétaire du Prince de Chimay à cette époque et reprises par le Comte de Glimes, des ouvriers étaient occupés à défricher dans les propriétés du Prince de Chimay en vue de l’agrandissement d’un champ, lorsque leurs pioches rencontrèrent des pierres carrées recouvertes d’un peu d’humus.
 Une vingtaine de pierres furent enlevées. Elles étaient formées de deux blocs d’arkose très grossièrement taillés, presque bruts. Ces blocs étaient creusés au centre de façon à ce que le creux puisse renfermer une urne et la préserver.
Il s’agissait de tombes antiques à ustion au milieu desquelles se trouvaient enchâssées quatre urnes en poterie noire, renfermant des cendres et des ossements humains calcinés. Celles-ci étaient fermées par un couvercle en poterie rouge d’une forme très élégante.
Un trou creusé dans les pierres primitivement enlevées défendait le couvercle de tout choc. La pierre intérieure était creusée de façon à enchâsser complètement l’urne.
 Malheureusement , trois de ces urnes furent cassées par les ouvriers dans l’espoir d’y trouver un trésor. La quatrième a échappé à la destruction ainsi que son couvercle et les ossements y renfermés. Elle figure maintenant au château de Chimay.
 Enfermées dans de grossiers bloc d’arkose et alors qu’on y a trouvé aucun bijou, ni arme qui attesteraient d’usage ou de croyances romaines on peut toutefois conclure que ces tombes seraient antérieures au IVème siècle.
Leur pauvreté donne à croire qu’elles renfermaient des restes, non de guerriers, ni de grands seigneurs, mais bien d’humbles carriers ou de pauvres esclaves.
 Ces tombes ont été apportées dans le parc du château de Chimay et une bière a été offerte au Musée Archéologique de Charleroi.
D’autres tombes du même type ont aussi trouvées dans d’autres villages voisins et notamment , en France, à Neuville-aux-Joutes au lieu-dit « Grand Rieu ».
Dans les carrières d’arkose , des amateurs ont retrouvé d’autres tombes que l’on peut heureusement  aller voir et étudier
C’est le cas à Momignies, chez Mr André Deflorenne et chez son voisin d’en face Mr Thérasse qui l’a plantée au milieu de sa pelouse.
 
 

 

 

 

 

 

 

Tombe gallo-romaine à ustion en arkose chez André Deflorenne à Momignies.

 

Dimensions de la tombe chez A.Deflorenne.

Tombe en arkose au milieu de la pelouse chez Mr Thérasse à Momignies.

 Tombe gallo-romaine en arkose sur le trottoir le long de la façade de la ferme de la Forge Gérard.